La SCIC, un nouveau mode de gouvernance pour les centres sociaux ?

 Les origines du projet BOTTINES ET BOTTILLONS SERVICES 

 

Dans le secteur de la Petite Enfance, nous sommes partis des constats suivants :

  • la garde d’enfants de moins de 12 ans est une problématique récurrente,
  • il y a absence de continuité d’un mode de garde à l’autre,
  • la conciliation « vie familiale – vie professionnelle » des femmes passe par une plus forte implication des papas dans la fonction éducative.

 

Par ailleurs, les structures de garde des jeunes enfants ont aujourd’hui un mode de fonctionnement qui n’est plus uniquement centré sur le bien-être de l’enfant dans une collectivité. En effet, peu à peu :

  • ces structures sont devenues des lieux d’accueil et de socialisation,
  • elles se sont ouvertes aux familles utilisatrices et à leur environnement social.

 

C’est sur le constat de cette évolution de contexte que ce projet est né, nourri par divers échanges entre personnes concernées par l’accueil d’enfants (professionnels et bénéficiaires).

 

 BOTTINES et BOTTILLONS SERVICES est donc le produit d’une initiative collective qui a pour finalité d’apporter une réponse à une problématique de société : assurer la continuité de la garde des enfants au quotidien, à la semaine, à l’année…, au sein de structures de proximité qui seraient aussi des lieux ressources pour les parents. 

 

 

Les éléments de motivation des fondateurs du projet :

  • pouvoir donner un sens à notre travail, notamment en élaborant des réponses innovantes liées aux solutions de gardes d’enfants, besoin social encore peu satisfait par les politiques actuelles,
  • chercher à impliquer dans nos réflexions les parents, les pouvoirs publics et les responsables d’entreprises. L’idée est d’établir une démarche participative et non pas de plaquer des solutions apportées par des personnes extérieures au problème,
  • partager une idée de l’entreprenariat qui privilégie la production de richesses humaines bien avant la production de richesses financières,
  • faire profiter ces richesses à l’ensemble de l’environnement local.

 

 

Les valeurs partagées qui nous ont permis de donner le sens de notre action :

  • La solidarité. C’est par souci de solidarité que nous avons eu envie de participer à l’amélioration de la qualité de vie de chacun, et plus spécifiquement celle des familles les plus isolées. L’idée est de leur rendre leur localité (ville, village quartier,…)  plus accessible, et, si nécessaire, leur permettre d’accéder à l’emploi. Des parents qui trouvent des solutions adaptées à leur situation seront évidemment des parents plus disponibles et plus attentifs envers leurs enfants.
  • Le respect de la personne. Respecter, c’est pouvoir être à l’écoute de points de vue divergents, de personnalités différentes, sans chercher à imposer ses propres valeurs. Mais c’est aussi tenir compte du rythme de chacun, donc de celui des enfants, de ses limites et de son histoire personnelle. C’est enfin une attitude dans la relation à l’autre.
  • Le respect d’un cadre de « savoir vivre » en société. Développer des relations de confiance avec les familles et les partenaires, cela passe par le respect des règles légales et des codes éthiques. Mais c’est aussi l’information des familles et la réponse à toute demande de leur part. Enfin, cela exige un devoir d’évaluer et de rendre compte des actions menées grâce à d’éventuelles aides publiques.
  • La responsabilité de sa mission. Il s’agit là d’une valeur qui exige de vouloir appliquer l’ensemble de ses compétences tant au niveau de son « savoir-faire » que de son « savoir être ».

 

C’est sur le fondement de ces valeurs que nous pensons pouvoir établir une relation constructive avec l’ensemble de nos bénéficiaires. Une relation que nous souhaiterions basée sur le respect mutuel, l’écoute, la transparence, la responsabilité et la participation.

 

 

Les fondateurs ont donc décidé de créer une entreprise ayant pour objet :

La gestion de crèches et la création de solutions de mode de garde sur mesure d’enfant de 2 mois à 12 ans.

 

Les 3 premiers objectifs sont :

  1. faciliter les problèmes de gestion de garde par des services accessibles, notamment pour des parents travaillant en horaires atypiques,
  2. lutter contre l’isolement de certaines familles (ex : familles monoparentales avec faibles ressources),
  3. offrir un tremplin à certains professionnels de la petite enfance

 

L’intérêt collectif de ce projet se réalise notamment à travers les activités suivantes :

  • solutions de garde d’enfants de 2 mois à 12 ans : petites unités d’accueil collectif (Micro-Crèches et crèches de petite capacité), dispositif de garde à domicile, animations périscolaires,….,
  • actions favorisant les échanges concernant la fonction éducative et susceptibles d’accompagner les parents qui en expriment le besoin,
  • mobilisation de divers professionnels de la petite enfance, avec le soin d’assurer un équilibre sécurisant entre les compétences et les expériences,
  • mise en œuvre de structures adaptées et des locaux de qualité.

 

 

Le modèle économique que nous souhaitons développer doit permettre de concilier efficacité économique et utilité sociale.

 

Les éléments qui nous semblent importants dans le choix de notre statut sont :

  • La pleine reconnaissance de notre mission d’utilité sociale.
  • La possibilité d’ouvrir et d’impliquer dans le développement de notre activité l’ensemble des acteurs concernés : professionnels de la petite enfance (salariés ou non), collectivités locales, entreprises, bénéficiaires des services (directs ou indirects) …Il s’agira de les associer au capital de la structure afin qu’ils puissent participer à sa gestion dans le cadre d’un multi-sociétariat.
  • La rémunération du travail qui prime sur celle des parts du capital.
  • Une gestion démocratique et une gouvernance qui suscite créativité et initiative.
  • La mise en place d’un système permettant la constitution de réserves impartageables permettant l’indépendance de l’entreprise et sa transmission solidaire.

 

Ainsi, les fondateurs associés de ce projet ont souhaité se structurer en Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC).

En effet, le statut de SCIC est en adéquation avec l’activité de l’accueil petite enfance et de la création de modes de garde d’enfants de moins de 12 ans : une activité d’utilité collective, un partenaire du développement local durable et en accord avec l’ensemble des politiques de la petite enfance.

 

 

Le choix de la forme de société coopérative d’intérêt collectif constitue une adhésion à des valeurs coopératives fondamentales tels qu’elles sont définies par l’Alliance Coopérative Internationale avec notamment :

  • la prééminence de la personne humaine ;
  • la démocratie ;
  • la solidarité ;
  • un sociétariat multiple ayant pour finalité l’intérêt collectif au-delà de l’intérêt personnel de ses membres ;
  • l’intégration sociale, économique et culturelle, dans un territoire déterminé par l’objet social.

 

Le statut SCIC se trouve ainsi en parfaite adéquation, par son organisation et ses objectifs, avec le projet de BOTTINES ET BOTTILLONS SERVICES.

 

 

Sont définies dans la SCIC BOTINNES ET BOTTILLONS SERVICES, les 7 catégories d’associés suivantes :

 

1. Catégorie des bénéficiaires parents : toutes personnes physiques qui placent leurs enfants dans une structure de la SCIC.

 

2. Catégorie des réservataires : toutes personnes physiques ou morales qui souhaitent réserver des places dans une structure de la SCIC pour leurs employés (appelées « berceaux ») sur une période au minimum d’un an et qui s’acquitteront d’un droit de réservation périodique.

 

3. Catégorie des professionnels de la petite enfance: tout professionnel de la petite enfance qui utilisera les produits ou services de la SCIC et/ou proposera des prestations complémentaires.

 

4. Catégorie des partenaires de Droits privé : toutes personnes morales de Droit privé qui souhaitent apporter un soutien à la SCIC.

 

5. Catégorie des partenaires de Droit public : toutes personnes morales de Droit public qui souhaitent apporter un soutien à la SCIC.

 

6. Catégorie des bénévoles : tous les anciens parents qui  ont placé leurs enfants dans une structure de la SCIC, leurs familles étendues aux grands parents, et toutes autres personnes physiques souhaitant apporter leur aide à la SCIC.

 

7. Catégorie des fondateurs : les personnes à l’initiative du projet de la SCIC Bottines et Bottillons Services et garante de la vision initiale.

 

 

Nous avons ouvert notre première structure en Mars 2013. Il s’agit de la micro-crèche des Charmettes, située à Lyon 6.